Périnée en post partum, prolapsus, incontinence… : l’avis de l’uro-gynécologue

Conférencier

Dr Daniel Faltin, spéc. FMH Gynécologie et obstétrique. Formation approfondie en gynécologie-obstétrique opératoire et en uro-gynécologie. Centre de périnéologie Dianuro Genève. (CH).

Le Dr Daniel Faltin est gynécologue obstétricien, spécialisé en uro-gynécologie.

Formé au sein des hôpitaux universitaires de Genève, il a appris le savoir-faire en chirurgie gynécologique et urogynécologique auprès des professeurs Krauer, Dubuisson, Meyer et des docteurs Weil et Megevand, à Genève et Morges. Il a approfondi ses compétences et obtenu des diplômes universitaires en urodynamique et en coloproctologie à Paris et Londres.

Après avoir tenu la consultation d’urodynamique et développé l’unité de périnéologie du service de gynécologie des hôpitaux universitaires de Genève, il a participé à la fondation du centre privé de périnéologie Dianuro qu’il dirige actuellement.

Ses travaux de recherche portent sur le diagnostic des lésions périnéales et la prévention de l’incontinence. Ces travaux ont reçu des subsides du fonds national de la recherche scientifique suisse.Il est membre des sociétés médicales spécialisées internationales (ICS International Continence Society, IUGA International urogynecology association, SIFUD-PP Société internationale francophone d’urodynamique et pelvi-périnéologie) et président de l’AUG, association pour l’urogynécologie de la société suisse de gynécologie-obstétrique.

Spécialiste du traitement de l’incontinence et des prolapsus génitaux, il privilégie une approche globale, multidisciplinaire, centrée sur les attentes spécifiques de chaque patiente. Il favorise une démarche thérapeutique raisonnée, mini-invasive, et offre toute l’étendue de la chirurgie spécifique vaginale, laparoscopique et robotisée, selon les exigences de chaque intervention.

Résumé de la conférence

« Périnée en post partum, prolapsus, incontinence… : l’avis de l’uro-gynécologue »

L’accouchement par voie basse nécessite une distension de la filière urogénitale qui dépasse souvent les limites biomécaniques du plancher pelvien. Ceci se traduit par des lésions musculaires, tendineuses, neurologiques traduites en prolapsus génitaux et incontinences. La prévention de ces symptômes doit être primaire, en s’adressant à la gestion de l’accouchement, et secondaire, en établissant un diagnostic précis des éventuelles lésions pelvi-périnéales et en établissant un plan de traitement adapté respectant le processus cicatriciel.